BIO - Francais

En 2003, le label hambourgeois Buback, qui a également sorti l'album "Searching for the Jan Soul Rebels" de Jan Delay, a sorti le seul maxi de leur premier 12" "Murder Time". La chanson est jouée avec beaucoup d'enthousiasme par des DJs de tous les styles dans les clubs. 

En 2004, les quatre titres de l'EP "Survive" sont sortis, tous écrits par MSOKE eux-mêmes. Le EP est enregistré à Hambourg (Buback Tonträger) et à Zurich. Le remix exceptionnel du titre "Survive" vient des Wighnomy Brothers ! Cet EP a le pouvoir de faire fondre la glace. 

En 2005, un clip vidéo est sorti pour le titre "Survive". Le calendrier des tournées pour l'année 2005 est complet. Entre autres choses, MSOKE nous donne une performance fantastique au célèbre Festival PALEO en Suisse. C'est ainsi que MSOKE s'est forgé une solide réputation sur la scène musicale urbaine. Sa voix unique et son style extraordinaire sont probablement la raison principale de son succès et l'aide à une communauté de fans en croissance constante. Début 2006, il a accordé une interview télévisée au légendaire Kurt Aeschbacher dans le célèbre Laborbar à Zurich. L'industrie de la musique prend conscience de MSOKE. 

En 2006, MSOKE sort son premier album studio tant attendu en longueur. Cette fois, il peut convaincre le producteur londonien de THE SEA, qui est connu pour produire le meilleur du hip-hop britannique, comme Rodney Ps, The Future et le quatrième album studio de Dynamite MC. Cet album sophistiqué, aux influences Ragga / Reggae, Afro, Hip Hop to Soul, est révolutionnaire dans le domaine de la musique urbaine. A la fois aventureuse et accessible, cette nouvelle production met en valeur des sonorités et des structures rafraîchissantes en mêlant les influences classiques du ragga et du hip hop à une musique urbaine créative et moderne. Une composition spéciale et donc parfaite, adaptée à la voix de MSOKE, que la presse décrit comme unique. 
Avec le label Chilly Media - de Talvin Singh - MSOKE sort l'un des albums de musique urbaine les plus rafraîchissants jamais produits en Suisse. L'album est solide et crédible du début à la fin. Il s'agit d'une musique urbaine de véritable qualité, avec une attitude cosmopolite qui offre une grande accessibilité au public. 

En 2008, MSOKE est impliqué dans divers projets intéressants tels que Bubble Beatz, Dodo, Madd Family, Kera, Daz et beaucoup plus. En été 2008, il a la possibilité de terminer l'album tant attendu avec la formation "SISTERS" (Allemagne). Avec "SISTERS", il participe également à l'émission TV-Total Show "Bundesvision Song Contest 2008" de Stefan Raab et donne une excellente prestation, qui touche les médias allemands et les fans dans toute l'Allemagne. 

2010 L'attente en valait la peine ! "Amen" est la première chanson du nouvel album de MSOKE "Don't try me", qui sortira en décembre 2009. Contrairement à l'ancien album, le nouveau travail de MSOKE semble plus mature, varié, profond et en même temps ludique. MSOKE réussit à compléter les influences classiques du Ragga et du Hip Hop avec une musique urbaine moderne et créative et à les intégrer dans leur propre style.   
MSOKE nous surprend aussi avec de nombreuses ballades comme "Étoile", "Just a dream" et "Time to let go". Mais les fans de MSOKE ne peuvent pas seulement se réjouir de sa voix incomparable, qui s'épanouit dans les chansons lentes. De plus, plusieurs projets de Featuring sont immortalisés sur son nouveau CD. Par exemple la chanson "She said no" feat. Mlle Yasmine, pour laquelle le tout nouveau clip vidéo de MSOKE peut être vu à la télévision. "Elle a dit non", une chanson qui a le potentiel non seulement de prendre d'assaut les charts nationaux, mais aussi les charts arabes. ;) 

2015 Free Motion est publié. MSOKE est quelqu'un qui non seulement rêve de courage et de réalisation de soi, mais qui le réalise. L'homme zurichois a maintenant permis à lui-même de vivre sa véritable identité masculine.   
Ne va pas de soi si l'on tient compte de l'homophobie et de la transphobie dans de nombreuses parties de la scène reggae, dancehall et hip-hop, mais aussi dans de nombreux autres domaines de la société. Le nouvel album "Free Motion" de MSOKE, sur lequel il partage sa vision réfléchie et énergique du reggae avec le monde entier, en est la preuve. "Free Motion" a ce qu'il faut pour devenir un classique, même comme affirmation sociopolitique : des pièces comme "Run" ou "My Own Life" ne peuvent que s'inscrire dans la bande sonore d'un mouvement qui s'oppose clairement au sexisme, à l'homophobie, à la transphobie et aux inégalités sociales.   
MSOKE est maintenant impliqué avec de nombreux artistes émancipateurs tels que Irie Revoltés, Berlin Boom Orchestra, Amewu, Nosliw et Sookee dans la campagne "Make Some Noise - Homophobia and Sexism out of my music". Il est politiquement et musicalement une voix importante et puissante pour la scène reggae, qui ferait bien de soutenir sa progressivité et sa force. La collaboration avec Marco Dreifuss (piano), Patrick Sommer (basse), Pius Baschnagel (batterie), David Stauffacher (percussionniste) et Philipp Grétien (saxophone) apporte le son organique et chaleureux de cet album instrumentalement enregistré et fait de "Free Motion" un album reggae professionnel dont on ne pourrait s'attendre à trouver le site de production